Mathilde et Iris, co-fondatrices de Diembaby


Infirmière diplômée depuis 2007 et après 2 ans d’exercice dans un service d’urgences porte, Mathilde revient à sa première passion : la salle de naissance, service où les mamans donnent la vie.

Dans ce service, les patientes accouchent le plus souvent sous péridurale, elles sont suivies par des sages-femmes, et il y a toujours un chef de garde en cas de problème materno-fœtal. L’hôpital dispose aussi d’un bloc opératoire, d’un radio-bloc, et d’une banque de sang, ce qui permet une excellente prise en charge des complications du post-partum. Les nouveau-nés peuvent aussi bénéficier d’une prise en charge rapide en néonatologie.

C’est à force d’être sensibilisée par cet environnement médicalisé, et au cours de la visite de la maternité rurale de Diembéring en Casamance, que Mathilde s’est rendue compte du manque cruel de moyen permettant une bonne prise en charge de la mère et de l’enfant, dans une région où, à cause des tensions géopolitiques, les aides se font rares. Il y a certes une autre association déjà sur le terrain qui a mis en place un poste de santé dans le village, mais les besoins de la maternité sont encore importants et ont été exprimés par la seule sage-femme du village, Christine Seynabou Diatta.

C’est donc pour l’aider à donner la vie dans de meilleures conditions que Mathilde a décidé de monter cette association.

 


« Pour qu'un enfant grandisse, il faut tout un village. » Proverbe sénégalais.


Infimière diplômée, Iris est par son passé personnel sensibilisée à la protection infantile.
Bien avant de débuter sa formation professionnelle, Iris avait l'esprit tourné vers l'humanitaire, volonté renforcée part un fort attachement à l'Afrique (art, culture, population) depuis un voyage au Gabon à l'âge de 13 ans.

En découvrant ce village de Casamance, Iris réalise que ces habitants ont compris l’essentiel : la solidarité, l’entraide et le partage. Dans notre société individualiste, alors que nous connaissons à peine nos voisins, c’est le chacun pour soi qui prime. A Diembéring, malgré la pauvreté, les villageois sont soudés et ils vivent "ensemble". Iris a vraiment été touchée par la gentillesse et la générosité de ces villageois.

L'idée émise par Mathilde, son amie d'enfance, de se lancer dans cette aventure associative et humanitaire a donc été tout de suite partagée et encouragée par Iris.


>Les membres actifs

>Les autres membres